3 questions à …

HERVÉ CATALA, PRÉSIDENT DE LA FONDATION ESPÉRANCE RURALITÉS.

 

“Une jeunesse courageuse et entreprenante s’est levée pour porter et développer ce projet avec enthousiasme, générosité et talent.”

Pourquoi et comment avez-vous rejoint l’aventure Espérance Ruralités ?

Avec Jean-Baptiste Nouailhac, nous avons fondé, il y a près de trois ans maintenant, la Fondation Espérance Ruralités. Notre intention est double : redonner de l’espérance aux jeunes des ruralités en leur assurant une réelle égalité des chances grâce à des réponses délibérément novatrices en matière éducative que le système scolaire classique ne peut offrir; mais aussi contribuer à la redynamisation des espaces de notre territoire en perte de vitesse.

Comment ? En ouvrant des écoles. Et la première, le cours Clovis, a été lancée et développée dans l’Aisne en Picardie, lieu qui concentre beaucoup de difficultés de nature économiques, sociales, éducatives ou encore culturelles.

Qu’est-ce que vous en recevez ?

Le plaisir intense d’agir de manière totalement désintéressée pour le bien commun, celui de notre jeunesse. L’immense satisfaction, aussi, de constater qu’une jeunesse courageuse et entreprenante s’est levée pour porter et développer ce projet avec enthousiasme, générosité et talent.

Espérance Ruralités en un mot ?

Reprendre notre destin en main.