3 questions à …

JOSSELIN, NOUVEAU PROFESSEUR D’HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET D’ANGLAIS AU COURS CLOVIS (AISNE, HAUTS-DE-FRANCE). ÉCOLE PILOTE DU RÉSEAU ESPÉRANCE RURALITÉS.

 

“Je suis toujours surpris par le sourire des élèves méritants appelés à baisser les couleurs.”

Pourquoi et comment avez-vous rejoint l’aventure Espérance Ruralités ?

Enseignant depuis deux années à l’étranger dans une école française (à Tachkent en Ouzbékistan) j’avais à cœur de rentrer en France afin de retrouver ce qui fait la richesse de notre pays (sa culture, son patrimoine, son art culinaire). Grâce aux réseaux sociaux j’ai vu qu’il y avait un poste à pourvoir dans une petite école à la campagne. Ecole à taille humaine, aider des jeunes des Ruralités, un projet qui repose sur la transmission de notre Histoire : tout cela me convenait.

Qu’est-ce que vous en recevez ?

Cela fait un peu plus d’un mois que je travaille au cours Clovis et je reçois beaucoup des jeunes, je pense en particulier à un élève qui avait du mal avec une des matières que j’enseigne et qui dorénavant prend du plaisir à venir en classe. Le vendredi au rassemblement je suis toujours surpris par le sourire des élèves méritants appelés à baisser les couleurs, ce sont ces petites joies qui me motivent à me lever le matin.

Espérance Ruralités en un mot ?

Talent. A travers la proposition des ateliers le jeudi nous travaillons sur l’oral avec les élèves volontaires de la 6ème à la 3ème. Ils s’entraînent à s’exprimer en public et à défendre des idées avec un argumentaire construit. J’espère qu’ils prendront goût à parler en public avec cet atelier.