La belle histoire du mois de janvier

Léo est arrivé cette année en classe de 4ème au Cours Clovis. Rejeté par son ancien collège, sa scolarité avait – jusqu’à son arrivée – été assez compliquée. Il souffre d’hyperactivité et de troubles de l’attention et de concentration qui engendrent chez lui des difficultés d’apprentissage (dysgraphie, dyspraxie…). Au début de l’année, Léo peinait effectivement à écrire correctement un résumé de 5 lignes. Aujourd’hui, Léo écrit tous ses cours à la main au rythme de la classe, notamment grâce à un apprentissage d’écriture à voix haute. En trois mois, ses progrès manifestes se sont traduits dans son bulletin du 1er trimestre : “Léo, je crois que vous vous êtes enfin révélé ! Vous êtes intelligent et cultivé et vos progrès en écriture sont une source de joie.” La maman de Léo est très émue :

“Léo était un enfant toujours tout seul. N’arrivant pas à gérer ses émotions, il a été rapidement catalogué à cause de son comportement et puni. Il n’avait même plus le droit d’aller à l’école. Le peu de temps qu’il passait à l’école, il s’y rendait avec la boule au ventre, symptôme d’une vraie phobie scolaire. C’est très dur pour une maman d’entendre son fils avouer qu’il est malheureux, qu’il n’est pas aimé, qu’il est nul. Le Cours Clovis a été la dernière alternative. Je ne souhaitais pas le faire sortir du parcours scolaire classique. Aujourd’hui, alors qu’on lui interdisait, il est maintenant content d’aller à l’école comme tous les autres enfants. Avant il était au fond de la classe délaissé, maintenant il commence à reprendre confiance en lui. Les professeurs ont su voir en lui autre chose qu’un enfant perturbateur, voir ses capacités. Son estime de lui commence à devenir meilleure. Il a une vie sociale, des amis… Tout cela se voit bien à la maison. Il est beaucoup moins agressif. Avant il était en conflit permanent ! J’avais l’impression d’être obligée de faire la police tout le temps. Aujourd’hui, je reprends mon rôle de mère, je redeviens une vraie maman. Il a grandi psychologiquement, physiquement et affectivement.”